Travailler debout, pourquoi?

bureau-debout-805x450

De nombreuses études ont souligné que rester assis toute la journée devant son ordinateur nuit à la santé.
Il y a trois siècles, Thomas Jefferson et Victor Hugo travaillaient debout à leurs bureaux.
Originalité des grands hommes?
On parlera plutôt de bon sens avant-gardiste puisque, depuis quelques années, de nombreuses études pointent les méfaits de la position assise prolongée.
En effet, de plus en plus d’experts s’alarment: rester assis au bureau toute la journée nuit gravement à la santé.
Douleurs au dos, dégénérescence musculaire, maladies cardiaques, diabète, cancer du colon et même décès prématuré sont quelques un des risques qu’encourent le travailleur sédentaire.
Pour le cardiologue et médecin du sport François Carré, cofondateur de l’Observatoire de la sédentarité et auteur du livre Danger Sédentarité, « rester assis tue même plus que le tabac »!
Alors que certains salariés prônent la sieste en entreprise, d’autres militent pour travailler debout.
Dans certaines grandes entreprises comme Google ou Facebook, les employés sont de plus en plus nombreux à réclamer des bureaux surélevés, leur évitant ainsi l’engourdissement physique et moral de la position assise prolongée.
Les adeptes de cette posture apprécient notamment l’énergie et le confort qu’elle leur apporte tandis que le milieu médical valide les bienfaits notoires sur la santé.
Les solutions de bureaux à hauteur variable qui existent depuis près de 30 ans en Scandinavie se mettent enfin en place chez nous.
Le principe est très simple ; le piétement intègre un mécanisme électrique qui permet de varier la hauteur de travail selon l’humeur et l’envie.
On passe en quelques secondes et sans efforts d’une position assise à debout en surélevant le plateau (les modèles In Mezzo ici).
Réduction des maux de dos, amélioration de la circulation, augmentation de la concentration et de la productivité…
Les bienfaits sont tant physique que moral.
In Mezzo travailler debout
Pour autant, il n’est pas conseillé d’aller d’un extrême à un autre.
L’ostéopathe Rob Danoff donne ses conseils :
« Nous ne sommes pas faits pour être assis toute la journée, nous ne sommes pas faits non plus pour être toujours debout. Il ne faut pas aller d’un extrême à l’autre. On reste debout, on marche, et quand on en ressent le besoin, on s’assoit, on prend une pause.  Nous encourageons nos patients à penser que s’asseoir, c’est prendre une pause.»
Parmi les recommandations du médecin figurent : partager le temps entre 60% debout et 40% assis, marcher dans le couloir, prendre l’escalier plutôt que l’ascenseur, aller voir son collègue au lieu de lui envoyer un courriel.
Et comme le disait Michel Audiard, « Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche. ».